Qu'est-ce que la peste porcine ?

Plus connue sous le nom de peste porcine africaine, ce virus se propage exclusivement chez les porcs et les sangliers.

En provenance du continent Africain, elle fait son apparition pour la toute première fois en Europe et plus particulièrement au Portugal en 1960, puis en France et d'autres pays Européens dans les années 80.

En 2017, elle refait son apparition en Répuplique Tchèque puis en Pologne pour la plus grande inquiétude des producteurs de porcs Allemands et Danois.

Si la peste porcine africaine arrivait en France, elle pourrait causer de lourdes conséquences pour les filières professionnelles concernées.

Si vous pensez avoir été en contact ou avoir repéré ce virus, vous devez faire une déclaration immédiate auprès de l'Organisation Mondiale de la santé animale. 

Peste porcine africaine

Quels sont les symptômes de la peste porcine ?

Ressemblant de très près à la peste porcine classique, la version africaine se distingue par une fièvre hémorragique. Il faudra l'appui d'un laboratoire pour effectuer un examen plus approfondi afin de bien les distinguer. 

De plus, ces deux virus peuvent avoir des symptômes cliniques et visuels variant considérablement selon la virulence et la souche.

C'est à dire, un porc ou un sanglier peut très bien être porteur sain et ne présenter aucun symptôme ou alors mettre seulement quelques heures pour mourrir.

Pour le moment, il n'existe aucun vaccin pour contrer ce virus qui statistiquement parlant entraîne la mort de l'animal dans 80% des cas.

peste porcine

Sous sa forme aiguë, la peste porcine entraîne une forte fièvre, une perte d'appétit et des rougeurs ou des hémorragies aux oreilles.

Une fois contaminé, l'animal meurt en moins de deux semaines selon la virulence du virus.

Les chasseurs font partie des premiers à faire face à ce virus, d'ou l'importance de réagir au plus vite.

Le chasseur devra alors prévenir l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage en cas de découverte d'un groupe de sangliers morts ou d'un sanglier mort présentant des hémorragies sur la peau ou les orifices.

 En cas de suspicion, vous devez prévenir la Direction départementale en charge de la protection des populations dont vous dépendez afin de réaliser les prélèvements nécessaires.